Keyboard ALT + g to toggle grid overlay

Process industriel : comment Brioche Pasquier duplique et diffuse ses bonnes recettes

Témoignage client // Product Design & Manufacturing Collection - Navisworks - Vault - Revit

Partager cette histoire

Avec 18 usines dans le monde, dont 14 en France, cette société familiale a fait de chaque usine le centre expert industriel d’une activité particulière. Décentralisée, la chaîne de compétences et de savoir-faire est réunie grâce des outils décisionnels partagés.

Plus qu’une tradition, la transmission de savoir-faire est dans l’ADN de cette société. Nées dans un fournil de Maine-et-Loire, les célèbres brioches Pasquier n’auraient pu connaître le succès international qui est le leur, sans la culture de cette haute idée qu’une recette est la meilleure dès lors qu’elle est partagée.

Construite patiemment, cette réussite industrielle est aujourd’hui déployée au sein de 14 sites de production français et 4 étrangers (Espagne, Grande-Bretagne, États-Unis), autour des activités brioche, biscotte, pâtisserie, et d’alimentation animale. « Brioche Pasquier conçoit elle-même ses machines et bâtiments de production », explique Freddy Papin, coordinateur méthodes et projets de l’activité internationale de ce groupe familial comptant quelque 3 200 collaborateurs. « Nous avons fait le choix de bureaux d’études décentralisés. Tout le système d’information est partagé sur le cloud de sorte que chaque entité a développé des qualités propres d’expertise qu’elle partage en temps réel avec les autres sites de production, qu’ils se trouvent en France ou à l’étranger », poursuit le responsable CAO du groupe.

Notre objectif est d'innover pour créer une barrière technologique vis-àvis de nos concurrents sur chaque marché. Concevoir en interne nous permet de maîtriser tant la conception, la mise en service, que la maintenance ainsi que l’intégration de l’opérateur.

—Freddy Papin, coordinateur méthodes et projets, Brioches Pasquier

 

Conception d’outillages pour le site de Galaxy desserts en Californie via Autodesk Vault

Pour parvenir à ces résultats, Brioche Pasquier utilise la collection Autodesk Design & Manufacturing. Pour la partie collaborative des projets, c’est Vault, un logiciel-outil d’organisation, de gestion et de suivi des données qui est privilégié. Une solution précieuse de simulation et de documentation technique qui vient en appui des équipes pour les aider dans leurs prises de décision. « Cette solution est couplée à Inventor que nous utilisons pour la conception 3D de nos machines et leur implantation », appuie Freddy Papin. AutoCAD, Navisworks, Recap, « qui permet de scanner en 3D nos sites existants afin d’intégrer leurs données à la maquette numérique ».  Factory Design Utilities et Revit complètent le dispositif pour l'implantation d'usines, et la création du jumeau numérique des usines en tant que bâtiment, intégrant ainsi les modélisations dans le processus BIM. « Nous utilisons l’ensemble de cette collection de solutions. Pour autant, il nous est important de constater que les formats de fichiers Autodesk sont interopérables avec les formats d’autres éditeurs que peuvent utiliser nos partenaires », précise Freddy Papin. Dans un souci de positionner ses sites de production au plus près de sa clientèle, Brioche Pasquier exploite des unités industrielles éloignées les unes des autres... ce qui n’est pas sans engendrer certaines obligations, telles que le positionnement d’un service technique spécialisé au sein de chaque usine.

Modélisation sur Inventor d’une zone d’emballage automatisée d’une ligne de production d’un site de production français.

Ainsi, pour concourir à l’amélioration continue de son usine de Richmond, sur la côte Ouest des États-Unis, Brioche Pasquier a impliqué la plupart de ses sites de production hexagonaux afin qu’ils apportent leurs savoir-faire et expertises dans le domaine de la conception de nouvelles lignes de production. Jusqu’ici dédié à la fabrication de desserts individuels et viennoiseries congelés, le site californien –fruit d’un rapprochement avec l’industriel local Galaxy Desserts- a été amené à à collaborer avec les autres activités du groupe pour concevoir et installer ses machines.. « Il ne s’agit pas seulement de reproduire ce que l’on sait déjà faire. Notre objectif est d'innover pour créer une barrière technologique vis-à-vis de nos concurrents sur chaque marché. Concevoir en interne, bien que nous fassions fabriquer les pièces de ces machines par des sociétés spécialisées, nous permet de maîtriser tant la conception, la mise en service, que la maintenance ainsi que l’intégration de l’opérateur », détaille Freddy Papin.

En fait, parce que les outils de production ont été élaborés en co-conception, sous l’égide d’une usine référente, Brioche Pasquier a dessiné une chaîne de responsabilisation baptisée FILE. « Cet outil vaut pour la gestion du matériel comme pour les ressources humaines ou l’achat de matières premières », précise-ton au sein du groupe dont le siège social se trouve toujours dans son berceau du Maine-et-Loire. « Cela permet de cultiver des compétences avec des collaborateurs très spécialistes dans leur domaine afin qu’ils apportent leur expertise à d’autres sites de production. » Ainsi, dans chacune des usines de Brioche Pasquier, on retrouve au moins une équipe spécialisée pouvant répondre aux problématiques industrielles ou managériales d’une des 18 autres unités du groupe. Des compétences décentralisées exploitées à leur meilleur potentiel, ce qui permet notamment une optimisation des coûts d’installation, de maintenance et de déplacement… « Nous avons considérablement réduit nos séjours et leur durée, notamment vers les États- Unis ».

 

Nuage de points sur Autodesk Navisworks réalisé sur un site de production français pour faciliter la prise de décision à distance

Crédit image Brioches Pasquier

Outre la numérisation des usines, les choix logiciels opérés par Brioche Pasquier permettent de simuler une usine virtuelle de sorte que les non-techniciens, ou les personnes peu familières avec la lecture d’un plan 2D, peuvent facilement se figurer l’installation future telle qu’imaginée par ses concepteurs. « Cette expérimentation 3D, nous ne souhaitons pas qu’elle demeure passive pour ses utilisateurs », prévient-on chez le boulanger industriel. Au-delà des visites en 3D permises par la réalité virtuelle, Brioche Pasquier souhaite aujourd’hui déployer une expérience active où les outils numériques, dans un premier temps mis en place pour servir les besoins de simple projection industrielle, serviront dans une perspective de formation des techniciens à leur futur outil de travail. « Ce n’est pas de la science-fiction », assure Freddy Papin qui juge raisonnable d’imaginer qu’un tel usage pourra être mis à la disposition des équipes « d’ici cinq ans.»

Produits connexes