La réalité virtuelle au service de la santé pour faciliter la réalité médicale

Par Cory Mogk
- 7 Nov 2017 - 8 min De Lecture
A patient tries the Rendever virtual reality headset.
Avec l’aimable autorisation de Rendever.

Peu d’entre nous se réjouissent d’un passage chez le médecin ou à l’hôpital, et bien moins encore rêvent de passer le crépuscule de leur vie dans un centre médicalisé. Et si les technologies médicales nouvelle génération pouvaient rendre ces épreuves moins difficiles à vivre ? Peut-être alors que l’inimitable odeur d’antiseptique des hôpitaux ne nous repousserait plus autant.

C’est en tous cas ce qu’espèrent plusieurs entreprises explorant les diverses applications des technologies 3D, de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle dans le domaine de la santé. Dans ce secteur, les innovations touchent deux catégories de personnes : le personnel médical et les patients. Et ces technologies ne dérogent pas à la règle. Pour les médecins et le personnel médical, elles promettent de véritables bonds en avant en matière de formation et d’enseignement. Du côté des patients, elles constituent un accroissement de l’implication et une amélioration des soins, de la rééducation et du confort.

Former le personnel de santé à la réalité augmentée dans le domaine médical à l’aide de nouvelles technologies

A view of the BioDigital Human brain.
Vue du Cerveau humain BioDigital. Avec l’aimable autorisation de BioDigital.

Comme l’ont démontré les études du Dr. Maki Sugimoto, pionnier de l’imagerie médicale, et d’autres spécialistes, la formation du personnel de santé à l’aide de l’imagerie 3D porte ses fruits. Après tout, les maquettes 3D sont bien plus pratiques que les illustrations d’un manuel car elles permettent aux étudiants de se déplacer et de les explorer exactement comme s’il s’agissait d’un corps réel, sans les inconvénients d’un corps réel.

BioDigital, souvent surnommée Google Maps du corps humain, est l’une des entreprises qui ont ouvert la voie de l’exploration en 3D. « Les médecins aussi bien que les patients sont submergés d’informations, explique son PDG Frank Sculli. Grâce à la 3D, nous pouvons rendre ces informations plus concrètes et ainsi, faciliter leur compréhension et leur mémorisation. » Le Modèle humain 3D que BioDigital propose sur le cloud présente plus de 5 000 éléments anatomiques à explorer et plus de 2 500 écoles exploitent cette plateforme pour enseigner et former leurs étudiants.

Open Simulation est une autre société qui a recours à la technologie 3D pour démocratiser l’enseignement médical et les soins à travers le développement d’un simulateur de formation à la chirurgie laparoscopique. Elle s’est donné pour mission de former 2,2 millions de personnes dans le domaine chirurgical afin d’aider les 5 milliards d’êtres humains qui ne disposent pas d’un accès suffisant à ce type de soins. Selon Yeshwanth Pulijala, directeur de la visualisation médicale chez Open Simulation, « le prix abordable, l’interaction en temps réel et la visualisation en 3D sont les caractéristiques les plus appréciées de notre programme ».

Medical Augmented Intelligence propose des modèles 3D interactifs du corps humain, ici, pour la formation d’acupuncteurs. L’étudiant peut déplacer sa main autour d’un corps humain numérique en réalité virtuelle et avoir accès à une vue en rayons X des muscles et des nerfs dans lesquelles les aiguilles doivent être plantées. « Il est vraiment difficile pour les étudiants de surmonter l’obstacle conceptuel empêchant une compréhension totale, confie Sam Jang, fondateur et PDG de Medical Augmented Intelligence. De nombreux points d’acupuncture soignent divers symptômes en fonction de l’angle et de la profondeur. Par exemple, il existe trois approches différentes du point ST36 permettant de soigner trois symptômes différents. Et chaque approche nécessite un angle et une profondeur propres. »

A 3D model of acupuncture points
Vue des points d’acupuncture sur un modèle 3D. Avec l’aimable autorisation de Medical Augmented Intelligence.

En plus de la compréhension individuelle, les technologies 3D offrent une expérience de réalité augmentée plus collaborative. « Notre plateforme permet aux étudiants et aux formateurs de se rassembler et d’interagir dans cet espace virtuel sans avoir besoin de se rendre physiquement au centre de formation », ajoute Sam Jang.

Impliquer les patients à l’aide de sensations d’un réalisme saisissant

Tout comme la 3D, la réalité virtuelle et la réalité augmentée ouvrent de nouvelles perspectives en matière de formation médicale. Certaines entreprises mettent à profit ces technologies afin d’impliquer les patients dans l’apprentissage, la rééducation et la thérapie pour gérer la douleur, le vieillissement ou encore l’anxiété.

Floreo propose un système collaboratif destiné à aider les enfants atteints d’autisme à développer des aptitudes pour assurer leur autonomie. L’enfant utilise la réalité virtuelle sur un téléphone du type Google Cardboard et l’adulte qui le supervise gère la leçon à l’aide d’un iPad Apple. « Les retours ont été extrêmement positifs de la part des familles et des enfants atteints de TSA ayant essayé la réalité virtuelle, affirme Vijay Ravindran, co-fondateur et PDG de Floreo. Nous voyons en la thérapie inspirée de la RV un outil formidable car il devient possible de gérer l’environnement de l’individu et de l’adapter à ses besoins spécifiques. »

Child testing Floreo's VR platform.
La plateforme de RV de Floreo aide les enfants atteints d’autisme. Avec l’aimable autorisation de Floreo.

Des sociétés telles que Rendever et BuildVR prouvent que dans le domaine de la santé, la réalité virtuelle n’est pas réservée aux jeunes : elles sont en train d’élaborer des outils aidant les personnes âgées à améliorer leur bien-être grâce à la stimulation cognitive, à des immersions nouvelles et à la possibilité de dépasser les limites imposées par leur corps ou par le centre de soins. Marc Pascal, co-fondateur de BuildVR se souvient encore de l’émotion qui l’a envahi lorsqu’un vieil Italien a fondu en larmes au moment de retirer les lunettes SolisVR : « Il avait abandonné tout espoir de retourner un jour à Venise et il venait de se rappeler des sensations qu’on éprouve sur une gondole. Il nous a demandé quand il pourrait renouveler l’expérience. »

Léger et intuitif, le dispositif SolisVR ravit les patients par son confort d’utilisation, même les plus réticents. « Nous avons vu des patients refuser de l’utiliser, puis revenir sur leur décision en voyant les autres pensionnaires s’amuser et y prendre goût », raconte Marc Pascal, en précisant que le défi principal de la réalité virtuelle pour personnes âgées réside dans le contenu. « Il doit être pertinent, bien filmé ou bien représenté, visuellement intéressant et simple d’utilisation. Le mariage de tous ces éléments est essentiel. »

« La conception de réalité virtuelle pour personnes âgées a quelque chose d’unique, aussi bien dans le logiciel que dans le contenu, explique Dennis Lally, co-fondateur et PDG de Rendever. Elle a tendance à couper le visiteur du monde réel, mais grâce à notre logiciel, nous la transformons en expérience collective. Nous avons travaillé avec un individu souffrant de démence et éprouvant généralement des difficultés à s’exprimer. Nous l’avons transporté vers des endroits qu’il avait visité par le passé et il s’est mis à nous en raconter les histoires dans le moindre détail. »

Solis : Une première mondiale dans le domaine de la réalité virtuelle pour personnes âgées

Élargir l’adoption grâce à la recherche dans le domaine de la réalité virtuelle appliquée à la médecine

Malgré l’engouement initial pour les technologies, la généralisation de l’usage de la réalité virtuelle dans le secteur de la santé nécessite une grande quantité de recherches approfondies. Pour Josh Sackman, président du prestataire de contenu clinique pour RV AppliedVR, « la réalité virtuelle a une grande valeur théorique, mais nous avons besoin d’études pratiques pouvant apporter la preuve de sa valeur clinique et économique auprès des prestataires de soins pour pouvoir entraîner une adoption de masse. Bien qu’elle soit une nouveauté pour beaucoup, plus de 20 années de recherche universitaire laissent entrevoir comment elle pourrait venir en aide aux patients et aux professionnels de santé. Un énorme travail de pédagogie et de sensibilisation, ainsi que des évolutions constantes de la science et de la recherche, sont essentiels à l’acceptation de la réalité virtuelle. »

AppliedVR mène des études en virtuel sur l’exploitabilité et l’efficacité, et publie des études de cas et des livres blancs sur des sujets allant de l’anxiété préprocédurale à la dépression. DeepStream VR, un projet de recherche de Firsthand Technology, explore les applications de la réalité virtuelle pour la gestion de la douleur, la thérapie physique et la rééducation. Certaines études de ce projet ont révélé qu’elle pouvait influencer les opioïdes dans le cerveau, provoquant un soulagement amélioré de la douleur sans avoir recours à des substances narcotiques telles que la morphine, qui entraîne une addiction et dont l’efficacité diminue avec le temps.

À mesure que de nouvelles études voient le jour, le virtuel et d’autres technologies proliféreront dans tous les domaines de la médecine et des soins aux patients. Qu’elles soient utilisées pour la formation du personnel de santé ou pour l’implication du patient, elles amènent le secteur de la santé à l’aube d’une nouvelle ère.

Sur le même sujet…

Accès validé !

Merci!

Découvrez le « Future of Making »

Abonnez-vous à notre newsletter