La croissance démographique de l’Afrique va exiger la construction de millions de logements

Par Ken Micallef
- 28 Sep 2016 - 6 min De Lecture
Avec l’aimable autorisation de l’Association de la voûte nubienne

Au cours des vingt années à venir, nous allons connaître le plus grand boom démographique mondial jamais atteint dans l’histoire moderne. Les Nations Unies prévoient une expansion démographique de plus de 2,5 milliards d’individus en plus (pour un total mondial de 8,5 milliards) entre 2015 et 2030. Et 1,3 milliard de cette explosion démographique interviendra sur le continent africain.

Le rapport de l’ONU poursuit en disant que la croissance démographique africaine va atteindre 25 % de la population mondiale en 2050, ce qui selon les prévisions passera au chiffre astronomique de 39 % des habitants de la planète d’ici 2100.

Tandis que des groupes comme KickStart International  cherchent comment nourrir cette population future, d’autres organisations s’intéressent au défi du logement. Parce que tout le continent a besoin de solutions locales, MASS Design Group et l’Association de la voûte nubienne forment respectivement des architectes et des maçons, en faisant appel à des compétences qui utilisent des matériaux locaux et des méthodes ayant résisté à l’épreuve du temps.

population growth in Africa ADC
Avec l’aimable autorisation d’Autodesk Foundation

Christian Benimana, directeur des programmes de MASS Design Group au Rwanda, basé au Centre du design africain (ADC) s’explique : « pour que les projets soient efficaces, il faut s’immerger dans l’environnement et le contexte et les habitants pour lesquels on construit ». En plus de la mise en œuvre du concept de construction de MASS Design Group, le rôle de Christian Benimana est de former des architectes qui vont hériter des problèmes créés par le boom démographique africain.

Christian Benimana ajoute que « pour comprendre la situation, il faut apprendre à valoriser les ressources locales : les matériaux, les pratiques et le savoir-faire. C’est ce que l’on appelle la construction par fabrication locale. Cela signifie construire avec des matériaux disponibles sur place, travailler avec la main-d’œuvre locale, et faire participer les artisanans locaux au projet pour que le chantier soit l’occasion d’investir dans la population pour et avec laquelle on construit. »

Les services de MASS Design Group varient, mais au cours du processus, l’organisation vise à « collaborer avec les collectivités que nos bâtiments desservent, en abordant chaque projet comme une occasion d’investir dans leur avenir » souligne Christian Benimana.

Mais qu’est-ce que cela signifie sur le terrain ? Et Christian Benimana de préciser : « lorsque nous abordons la conception écologique pour des bâtiments dotés de systèmes électriques ou CVC complexes, nous nous intéressons à la consommation des ressources de ces systèmes sur toute la vie du bâtiment. Mais lorsque nous concevons des bâtiments sous des climats tempérés et que nous voulons optimiser la lumière naturelle et la ventilation naturelle, le fonctionnement du bâtiment est, en soi, respectueux de l’environnement. »

population growth in Africa nubian vault building site
Maçons au travail sur un site de construction de l’Association de la voûte nubienne. Avec l’aimable autorisation de Christian Lamontagne/Cosmos.

Christian Benimana et MASS Design Group cherchent à promouvoir les projets dont les matériaux et les méthodes de mise en œuvre ont un impact écologique moindre que les méthodes actuelles et une durabilité supérieure. Pour lui, cette conception basée sur l’impact est « un changement de paradigme en faveur de la construction locale, qui sera essentiel pour créer les villes plus durables de demain. »

Ces villes et villages, bien sûr, seront construits par la prochaine génération de maçons. Heureusement, l’ADC ouvrira son premier centre de formation en architecture dans les délais, cet automne. L’équipe de MASS Design Group a finalisé le programme ADC 2017, qui prévoit notamment une application pratique avec un projet et son chantier, au Rwanda, qui suivra la méthodologie basée sur l’impact et exigera « une coopération réelle des habitants pour évaluer la fonctionnalité des bâtiments », annonce Christian Benimana.

Alors que MASS Design Group et l’ADC défendent l’architecture et les méthodes de construction modernes, l’Association de la voûte nubienne s’appuie, elle, sur le savoir-faire des maçons de l’Égypte antique, et encourage les artisans locaux à construire des maisons à partir de matériaux et de techniques durables. Le principe de la voûte nubienne (VN) remonte à 3 000 ans : ces voûtes en briques peuvent être réalisées sans boisages, directement avec du mortier et de la terre. Leur taux de réussite est impressionnant.

Le responsable de projet de l’Association de la voûte nubienne, Amarys Preuss avance quelques chiffres : « plus de 2 000 bâtiments ont été construits – un seul projet de construction peut comprendre plusieurs voûtes – soit 126 400 m² dans 800 villes de cinq pays : le Burkina Faso, le Mali, le Sénégal, le Bénin et le Ghana ».

L’Association a formé des centaines de maçons et d’apprentis qui à leur tour, ont construit des milliers de voûtes dans des écoles, des centres de santé, des bureaux administratifs et des centres d’agriculture. En tout, ce sont 24 000 personnes qui, de l’ouest au centre du Sahel, profitent de cette activité qui a généré 2,4 millions d’euros pour l’économie locale. Ceci représente un succès majeur sur un continent où le logement est généralement fabriqué en bois (en quantité limitée) avec des toits de tôle (qui sont chers, ont tendance à se délabrer, et ne sont pas renouvelables). Le principe de la voûte nubienne défie le temps et grâce à l’utilisation de matériaux locaux et à la participation des habitants, « la voûte nubienne représente une réelle solution pour le logement “à la base de la pyramide” », un terme économique employé pour décrire la part des citoyens les plus pauvres du monde, ajoute Amarys Preuss.

population growth in Africa bricks for nubian vault
Briques utilisées pour la voûte nubienne. Avec l’aimable autorisation de Régis Binard.

Amarys Preuss poursuit : « ce sont des bâtiments de l’Égypte ancienne, qui sont donc africains. La Nubie est une région qui chevauche aujourd’hui l’Égypte et le Soudan, le long du Nil, et c’est là que la technique est née, d’où son nom. La voûte nubienne historique la plus symbolique aujourd’hui se trouve à Luxor et elle a 3 000 ans. Son principe est très simple et facile à transmettre entre maçons. »

Pour les futurs maçons, ce transfert de connaissances jette les bases d’un chantier colossal, car ce sont eux qui devront construire les logements de la population à venir de l’Afrique.

Amarys Preuss poursuit : « à long terme, notre objectif pour les habitants du Sahel est de faire en sorte que la voûte nubienne soit disponible sur le marché, comme n’importe quelle autre système de construction, pour que dans cette région, un maximum de personnes aient accès au logement durable. Si par exemple, nous pouvions accélérer la croissance du marché de dix points, en 2030, nous aurions l’équivalent de 200 000 bâtiments achevés, 60 000 maçons formés et trois millions de personnes en profiteraient. La voûte nubienne serait alors réellement implantée sur le marché du BTP et pratiquement tout le monde pourrait en profiter. »

Tandis que les agences gouvernementales et les groupes de réflexion produisent des rapports et se réunissent pour parler du boom démographique africain, MASS Design Group et l’Association de la voûte nubienne poursuivent leur transformation de l’Afrique d’aujourd’hui – et cette transformation affectera un jour tout le continent.

MASS Design Group et l’Association de la voûte nubienne ont bénéficié de bourses d’Autodesk Foundation, et ont été choisis pour leur utilisation innovante de la conception et de l’ingénierie afin de résoudre les problèmes mondiaux les plus pressants.

Sur le même sujet…

Accès validé !

Merci!

Découvrez le « Future of Making Things »

Abonnez-vous à notre newsletter