Avec la prochaine génération d’outils, la conception se fera entièrement en RV

Par Marcello Sgambelluri
- 24 Avr 2018 - 7 min De Lecture
create virtual reality people using VR headsets

Les architectes et les fabricants sont sur le point de changer radicalement leur façon de faire. Concepteurs et ingénieurs seront prochainement en mesure de créer des produits, des bâtiments et des villes en temps réel, et en réalité virtuelle (RV).

L’évolution spectaculaire de la réalité virtuelle rappelle les débuts du cinéma. D’après la légende, lorsque la première caméra a vu le jour, les acteurs étaient filmés sur un plateau devant de faux arbres. Puis quelqu’un a eu une idée judicieuse : pourquoi ne pas simplement placer la caméra dans la forêt ?  Ce procédé, à première vue évident, a changé la donne. La réalité virtuelle existe déjà et ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle ne soit exploitée au maximum de son potentiel.

Où en est la visualisation actuelle ?

Dans le studio de réalité virtuelle des bureaux de John A. Martin & Associates, un BET structure de Los Angeles où je travaille en tant que directeur de la modélisation numérique (BIM), mes collègues enfilent des casques capables de suivre leur regard, puis naviguent à l’aide de manettes, dans un décor tridimensionnel créé au moyen d’un logiciel de modélisation numérique. De cette manière, ils peuvent visualiser leurs projets et détecter toute irrégularité structurelle qui autrement, pourrait passer inaperçue.

create virtual reality man using VR headset and controllers

Cet outil permet par exemple de vérifier si une solive est correctement connectée à une poutre de rive. Bien entendu, on peut tout à fait le vérifier sans casque de réalité virtuelle, mais il n’en demeure pas moins qu’une immersion totale dans un environnement 3D en procure une impression réaliste. On détecte alors plus facilement les éléments de construction qui ne se trouvent pas au bon endroit.

La réalité virtuelle a fait de grands progrès en tant qu’outil de visualisation, aussi bien au sein des entreprises qu’auprès des clients. Notons qu’elle est principalement utilisée dans les secteurs de l’architecture, de l’ingénierie et du BTP. Tout en utilisant des manettes faisant office de laser permettant de pointer-et-cliquer, ingénieurs et concepteurs peuvent se déplacer à l’intérieur de rendus 3D d’architecture, comme s’il s’agissait de la simulation d’un jeu vidéo à la première personne. Les utilisateurs peuvent flotter dans les escaliers, se téléporter dans les couloirs, ou encore regarder par les fenêtres de l’étage supérieur. C’est très impressionnant !

La visualisation permet également d’aider les bureaux d’études à expliquer leurs idées aux autres intervenants du projet. En disposant de maquettes 3D ludiques, conçues à partir de logiciels de réalité virtuelle tels que Revit Live, 3ds Max ou SketchUp, les ingénieurs peuvent inviter maîtres d’ouvrage et propriétaires à pénétrer dans la vitrine immersive de leurs projets potentiels.

La création fait son entrée

Néanmoins, ces exemples ne font qu’effleurer la surface du potentiel de la réalité virtuelle. La prochaine grande transition pour les concepteurs et les ingénieurs dépassera la visualisation pour créer des structures et des produits à partir de zéro, dans l’univers virtuel.

Imaginons qu’on puisse utiliser la réalité virtuelle sur Revit, qu’on puisse mettre un casque capable de suivre le regard et que, tout en bougeant les mains ou les poignets, on puisse saisir une fondation, en faire une maquette, en dessiner les plans, puis la manipuler ou changer sa forme !

create virtual reality man using VR headset with car

Ce scénario est plus proche qu’on ne le pense. Il existe des programmes tels que Google Tilt Brush, qui permettent de peindre dans un environnement 3D en réalité virtuelle et qui représentent sans doute ce que sera la création de projets en réalité virtuelle. Pour remplir un objet dans un décor virtuel, il vous suffira simplement de tourner votre poignet dans l’outil de peinture. Les plateformes prévues à cet effet, utilisées par la plupart des entreprises dans les secteurs de l’architecture et de l’industrie, ne disposent pas de telles fonctionnalités réactives. Cependant, ceci pourrait changer, car d’autres secteurs les utilisent.

Effectivement, il existe des maillages 3D et des modeleurs de surface permettant aux concepteurs de créer des formes organiques, telles que des carrosseries de voitures ou des auvents. Néanmoins, ces lignes ne peuvent être réalisées qu’en 2D, à l’aide de mouvements fastidieux de la souris et des commandes du clavier. Il va sans dire que les utilisateurs s’arment encore du curseur pour manipuler nœuds et lignes, soit une façon de faire maladroite à l’ère de la réalité virtuelle.

Si les concepteurs pouvaient travailler directement dans le virtuel au lieu d’utiliser les logiciels de conception traditionnels, ils pourraient examiner l’envers du décor et se téléporter dans des espaces difficiles d’accès, tels que les joints ou les moulures. En travaillant dans un environnement plus maniable et plus proche des objets, ils seraient alors en mesure de créer des formes organiques sans omettre les moindres détails. Il y a longtemps déjà que les artistes et les artisans ont appris à sculpter la pierre et l’argile à l’aide de leurs mains, et bien que cette compétence ne s’applique pas directement à la conception d’objets tels que les bâtiments ou les voitures, de tels programmes lui redonneraient un second souffle, d’une manière virtuelle.

L’interactivité face au changement 

Le logiciel doit encore franchir une étape avant que les architectes et les fabricants n’adoptent la réalité virtuelle de manière générale comme outil de création. À l’heure actuelle, la majorité des technologies de moteur de jeu ne permettent aux utilisateurs que de regarder autour d’eux, non de toucher des objets ou de faire des modifications à la volée. Quand on observe une maquette virtuelle, par exemple, et que l’on désire apporter une correction à une poutre, il faut retirer le casque, le poser, puis, trouver la poutre dans le logiciel de dessin, effectuer le changement désiré à l’aide de la souris et du clavier, mettre la maquette à jour dans l’onglet de visualisation du moteur de jeu, remettre le casque, et enfin, s’assurer que le changement ait bien été pris en compte. Il va sans dire que c’est une tâche laborieuse.

create virtual reality people using VR

C’est pourquoi la réalité virtuelle de l’avenir doit pouvoir permettre aux utilisateurs de garder le casque et d’effectuer tout changement par de simples clics avec la souris et le clavier. Les logiciels de conception utilisés dans les secteurs de l’architecture et de l’industrie devraient tirer pleinement parti des manettes et de l’environnement virtuel immersif. En outre, ils devraient fournir les outils permettant non seulement aux utilisateurs d’interagir avec les maquettes, mais également de les modifier.

Cependant, le manque d’interactivité automatisée en réalité virtuelle représente une autre pierre d’achoppement. En effet, l’intervention d’un programmeur de moteur de jeu expérimenté est nécessaire, car toute action effectuée en RV, que ce soit déplacer une poutre, ouvrir une fenêtre, ou allumer la lumière, doit être préprogrammée avant d’être interactive. Par conséquent, il serait plus judicieux d’automatiser cette procédure. Heureusement, c’est possible. Prenez par exemple les maquettes 3D de Revit : elles pourraient être automatiquement converties pour fonctionner dans un environnement de moteur de jeu compatible avec la réalité virtuelle. L’interactivité serait programmée au préalable, de telle sorte que les utilisateurs déplaceraient un mur, ouvriraient une porte, ou manipuleraient n’importe quel type d’élément chaque fois qu’ils le désiraient, au sein de l’environnement virtuel.

Finalement, la modélisation numérique est similaire à quelque chose qui vit et respire : un bâtiment, une porte, une fenêtre, une table ou une pièce d’équipement médical possèdent tous des paramètres flexibles. Ces éléments sont, dans la plupart des moteurs de jeu utilisés à l’heure actuelle, statiques… pour l’instant. Car oui, la réalité virtuelle est sur le point d’évoluer. Vous aussi ?

 

Sur le même sujet…

Accès validé !

Merci!

Découvrez le « Future of Making »

Abonnez-vous à notre newsletter