Un château de contes de fées « dans les nuages », ou comment Disney s’est servi d’une maquette numérique pour la réalisation la plus complexe de son histoire

Par Jeff Yoders
- 10 Nov 2014 - 6 min De Lecture
Disney

Le groupe Walt Disney Imagineering construit des décors d’attractions qui restent inoubliables pour le visiteur, que ce soit les montagnes russes du rétrofuturiste Space Mountain, le navire du désormais légendaire Pirates des Caraïbes, ou le Crush’s Coaster du Monde de Nemo.

S’il est un décor emblématique qui incarne parfaitement Disney dans le monde entier, c’est indéniablement le château. Pour la conception de celui de Disneyland Shanghai, les imaginieurs se sont véritablement surpassés : l’« Enchanted Storybook Castle » est sans pareil.

Pour David Abair, l’architecte en chef de Walt Disney Imagineering (WDI) qui a travaillé sur le projet, « ce château est, de loin, le plus complexe que nous ayons jamais réalisé. Le cahier des charges incluait un restaurant, une scène de spectacle, un parcours scénique en bateau, un autre parcours scénique à pied, un espace d’accueil, un grand escalier ainsi qu’une foule de zones de services en partie basse. À cause de ce degré de complexité, nous savions que le projet nécessiterait une démarche conceptuelle différente. Il s’est largement appuyé sur la modélisation 3D et sur la coordination entre tous les corps de métiers impliqués ».

shanghai_disney_castle_ornamentation_scheduling
Les études d’avant-projet et la maquette numérique (BIM), montrant les codes associés à l’ornementation. Avec l’aimable autorisation du Concours BIM 2014 de l’American Institute of Architects (AIA) et du Technology in Architectural Practice (TAP).

L’Enchanted Storybook Castle posait le défi suivant : comment créer un édifice en apparence semblable au célèbre château de Cendrillon du parc de Disney World, mais qui bénéficierait d’espaces intérieurs beaucoup plus modernes et plus complexes et qui contiendrait un escalier en double colimaçon, un restaurant, les pompes des fontaines, un système de promenade en bateau et ses locaux d’entretien, une aire de jeux pour les plus jeunes, ainsi que beaucoup d’autres fonctionnalités ?

Ce « château enchanté de contes de fées » ne ressemble pas exactement au château de Cendrillon, car c’est le premier château de Disney à présenter toutes les princesses des films de la maison de production. Il reprend toutefois des éléments formels des tours emblématiques et certains détails architecturaux comme les fenêtres ou la toiture. D’une hauteur dépassant les 60 mètres, c’est aussi le plus vaste des châteaux de Disney.

Construction d’un château numérique « dans les nuages ». Le château enchanté a été entièrement conçu en 3D et l’équipe de WDI a utilisé une maquette BIM qui a porté la collaboration sur le cloud à un niveau jamais atteint. En effet, le nuage a permis de partager les maquettes plus facilement, de réduire le nombre de révisions pour les communications et d’améliorer les détails. De plus, les projets collaboratifs BIM s’appuient sur une télé-présence vidéo en groupe, via le web, et sur le cloud computing. Cette caractéristique a donc également permis de rassembler des dizaines de personnes des équipes de Glendale, en Californie, et de Shanghai, lieu du chantier, et par conséquent de respecter toutes les étapes du programme.

shanghai_disney_castle_meeting_coordination
Les maquettes de l’équipe de projet pour l’enveloppe clos couvert (à gauche, indiqué en bleu) et pour l’ornementation (à droite, en orange) combinées dans la maquette architecturale Revit. Avec l’aimable autorisation du Concours BIM 2014 de l’AIA et du TAP.

Bien que les architectes soient passés à Revit, les BET structure et fluides de l’équipe de WDI continuaient d’utiliser AutoCAD. Pour simplifier l’échange de données entre les corps de métier, l’équipe de projet a aussi planifié le déroulement des tâches en interne. Des scripts spécifiques aux fichiers de conception permettaient de transférer facilement et automatiquement la production quotidienne des données architecturales de Revit vers les machines des autres corps de métier.
Nombre de corps de métier, 142 au total, y compris des architectes, des ingénieurs et des sous-traitants, ont travaillé ensemble sur ce projet, depuis deux régions opposées du globe.
« Autre problème : alors que nous étions à mi-parcours, il a fallu localiser le projet à Shanghai, explique l’architecte Eric Anderson, responsable de l’intégration de projet chez WDI. Le déroulement des tâches s’effectuait à deux endroits de la planète : à Glendale et à Shanghai. Par conséquent, l’une des mesures que nous avons prises pour assurer la diffusion des informations dans l’ensemble de l’équipe a été de produire un diagramme d’information BIM qui illustrait les responsabilités de chacun et les procédures à respecter pour transmettre les données. »

En raison de problèmes liés aux connexions Internet en Chine, l’équipe de projet a utilisé Buzzsaw, une plate-forme de collaboration de chantier, basée sur le cloud, pour gérer les allers-retours des mises à jour de la maquette numérique entre Glendale et Shanghai.

Une fois la maquette correctement configurée et la communication instaurée entre les deux côtes du Pacifique, l’équipe de projet de WDI a pu se concentrer sur les détails architecturaux. Une équipe de « lancement » BIM a commencé à entrer des données détaillées dans la maquette et à la paramétrer. Les détails comprenaient un terrain artificiel et une ornementation architecturale correspondant à ceux d’un château médiéval réaliste : ses fenêtres, ses portes, ses toitures complexes, ses tourelles et son escalier central en double colimaçon. Tous ces détails ont été sauvegardés en tant qu’objets Revit, dans une bibliothèque centralisée, car beaucoup d’entre eux devaient être utilisés dans divers endroits du château.

enchanted_storybook_castle_revit_implementation
Réunion de coordination pour le projet du château. Avec l’aimable autorisation du Concours BIM 2014 de l’AIA et du TAP.

Pour naviguer entre les centaines d’objets BIM créés en interne, tels que les corniches ou les fenêtres anciennes, WDI a établi une nomenclature fondée sur des désignations normalisées. Ce catalogue d’ornementation architecturale a facilité l’extraction quantitative et de la direction du chantier.

Les attributs assignés à la géométrie ont permis aux architectes et aux ingénieurs de WDI de visualiser la répartition des matériaux dans l’édifice, ce qui a simplifié les décisions de conception, de coordination et de chantier. Ces attributs concernaient entre autres les quantités exactes de béton et d’autres matériaux destinées aux deux plates-formes de lancement des feux d’artifice. Ils ont ensuite été ajoutés aux objets Revit pour signaler comment ensemble, les matériaux devaient se comporter pour résister à la propagation des flammes.

La maquette 3D coordonnée a permis un déroulement du projet qui intégrait véritablement les tâches de toutes les équipes participant à sa conception. Les délais des phases de projet ont été respectés : le chantier a débuté l’année dernière et l’Enchanted Storybook Castle et le reste du parc d’attractions Disney de Shanghai devraient ouvrir leurs portes à la date initialement prévue. Grâce au déroulement intégré des tâches et à l’utilisation innovante de la maquette numérique, ce projet a remporté le prix de l’Innovation pour les procédures de livraison de chantier du Concours BIM 2014 de l’American Institute of Architects (AIA) et du Technology in Architectural Practice (TAP).

C’est aussi ça, le monde enchanté de Disney !

Sur le même sujet…

Accès validé !

Merci!

Découvrez le « Future of Making Things »

Abonnez-vous à notre newsletter