Keyboard ALT + g to toggle grid overlay

Numérisation et urbanisme

L'Eurométropole de Strasbourg réussit progressivement sa transition vers le BIM

PARTAGER CETTE HISTOIRE

L'Eurométropole de Strasbourg est une collectivité de 33 communes couvrant une surface de 340 km². C'est sur cet ensemble que le Service Géomatique et connaissance du territoire s'applique à produire un référentiel géographique qui, en plus d'être homogène et de haute précision, se doit d'être immédiatement accessible aux communes.

Il y a un besoin de connaissances topographiques toujours plus importantes, au niveau des services métiers de l'administration comme la voirie, l'assainissement et les espaces verts, mais aussi pour les citoyens, le climat, et pour profiter du potentiel des dernières technologies dans les démarches de projet.

Philippe Slisse, Chef de Projet SIG 3D , Ville et Eurométropole de Strasbourg

Il s'agit ici d'un service transversal à la collectivité afin de faciliter les études de faisabilité et la conception 3D pour le renouvellement urbain, de fournir aux décideurs tous les éléments d'appréciation, mais aussi de simplifier les échanges lors des réunions publiques avec les citoyens. 

Dans cet objectif, l'administration de la Ville et l'Eurométropole de Strasbourg a opté notamment pour les outils BIM d'Autodesk, InfraWorks et Revit. 

« Avec InfraWorks, j'ai découvert un outil ergonomique, assez facile à prendre en main, qui m'a permis de répondre à des sollicitations des services métiers d'une façon bien adaptée aux phases de conception », dit Philippe Slisse.

Le résultat ? « Aujourd'hui, on a un plan topographique avec une précision de 5 cm qui permet à l'ensemble des services métiers d'avoir de façon immédiate les données topographiques dont ils ont besoin pour leurs projets et pour la gestion de leurs patrimoines », nous explique Philippe Slisse.

Un coup de pouce à la 3D

Dans le but de faciliter l'utilisation de la 3D dans les projets urbains de l'Eurométropole, et de mettre les données à disposition du public, une unité de projet SIG 3D a vu le jour en 2014. 

Sa première mission consistait à faire évoluer les référentiels 2D vers des référentiels 3D. La transition s'est effectuée grâce à la production de données sous forme de nuage de points, de maillage 3D texturé (Photomaillage) et de maquette numérique 3D sémantique.

« Une campagne de relevé LIDAR aéroporté a permis de produire un nuage de points avec une densité de 20 points/m² et une précision supérieure à 10 cm. C'est très riche. Aujourd'hui, notre référentiel topographique est enrichi par la 3D et nos levés de mise à jour sont réalisés intégralement en 3D, ce qui n'était pas le cas il y a deux ans », précise Philippe Slisse. 

L'unité de projet SIG 3D « accompagne actuellement les utilisateurs métiers dans leurs usages directs et concrets des données BIM, comme dans le cas d'un réaménagement de quartier, réalisé dans le cadre du programme de renouvellement urbain. »

Un objectif que le Service Géomatique et l'unité SIG 3D atteignent grâce à une montée en compétence sur les outils Autodesk.

« Au début, on a commencé à travailler sur 3D Studio Max. On cherchait davantage à produire des images de synthèse ou des films », raconte Philippe Slisse. 

« Ensuite, avec la découverte d'InfraWorks et de tout son potentiel, on a été en mesure d'intervenir en amont et notre usage a ainsi évolué vers une aide à la conception depuis le début du projet. »

Produire des documents d'aide à la décision

L'Eurométropole se situe aussi dans une démarche de co-construction et de concertation où les communes veulent donner une plus grande place au citoyen et l'impliquer dans les projets menés. 

Le Pacte pour la démocratie à Strasbourg, signé et adopté au conseil municipal en 2018, garantit les droits des citoyens à l'information, la consultation, la concertation et à la co-construction des projets. Dans ce cadre, l'administration locale s'est engagée à mettre en oeuvre une plateforme numérique de la participation citoyenne comprenant les données géomatiques. 

Le Service Géomatique a ainsi appuyé des équipes métiers qui grâce à InfraWorks, et à l'intégration des maquettes BIM, ont permis à l'ensemble des collaborateurs de percevoir comment certains aménagements pouvaient s'intégrer dans le territoire. 

Cette visualisation des projets d’urbanisme permet d'analyser et d'explorer différentes variantes pour chaque projet avant même de s'engager, et ce, encore plus rapidement qu'auparavant.

De plus, InfraWorks offre à tous les acteurs impliqués une base commune de données 3D immédiatement disponible et facilement interprétable, favorisant grandement l'avancement des projets d'urbanisme, et permettant de gagner en allers-retours et en qualité. Les services métiers peuvent aussi ajouter eux-mêmes dans le référentiel des informations concernant leurs projets, et donc le mettre à jour en temps réel. 

Les données 3D sont mises à disposition du public, en ligne, et sur la plateforme opendata (data.strasbourg.eu) de la Ville et l'Eurometropole de Strasbourg.

Vers l'urbanisme du futur : plus informé, partagé et efficace

Les outils BIM d'Autodesk poussent la transition vers la Géomatique en 3D offrant de nombreux avantages aux utilisateurs.

« J'utilise aujourd'hui les possibilités de scripts d'automatisation et les workflows disponibles via InfraWorks. Cela m'évite de faire beaucoup de manipulations à la main, et me permet de me concentrer sur les actions pouvant apporter une réelle valeur ajoutée aux équipes ». 

De fait, Philippe Slisse estime que l'utilisation des scripts d'automatisation lui fait économiser un temps considérable, en comparaison avec le passé. 

« Aujourd'hui, je peux proposer une scène 3D de l'existant partout sur le territoire en une demi-journée au lieu de deux jours », se réjouit-il.

Il n'est pas le seul conquis : suite à l'introduction d'InfraWorks par l'équipe SIG 3D, géomaticiens, ingénieurs et employés des services techniques de l'Eurométropole ont, à leur tour, progressivement fait l'expérience des avantages du logiciel en matière de contrôle, visualisation et communication dans le cadre de leurs projets, même quand ces-derniers ne sont pas directement liés au BIM ou à la 3D. 

De plus, cette transition vers la 3D bénéficie aussi aux sociétés d'ingénierie privées.

Dès la phase d’étude de faisabilité, le service de l’ingénierie de la construction conçoit tous les projets en 3D avec Autocad et Infraworks. Les architectes et les bureaux d’études privés bénéficient également de la connaissance 3D du territoire disponible en opendata et intégrable dans les logiciels BIM tel que Revit. En plus d’un délai réduit, il y a un gain financier, parce qu’au lieu d’envoyer des équipes faire des relevés topographiques, ils tirent bénéfice des données 3D produites par l’Eurométropole. A la fin du projet, nous espérons recevoir en retour la modélisation 3D de leur projet pour mettre à jour nos données de référence.

Philippe Slisse, Chef de Projet SIG 3D , Ville et Eurométropole de Strasbourg

Selon Philippe Slisse, nous sommes témoins d'une transition essentielle pour la collectivité : « La 3D et le BIM sont là pour amener à penser autrement la façon de mener et de conduire le projet. A nous maintenant d'accélérer le passage à la 3D et d'assister les services métiers avec cette montée en compétences fondamentale pour le futur de la géomatique, des citoyens et du territoire ».

Produit Connexe