Keyboard ALT + g to toggle grid overlay

BIM Cloisons ouvre la voie du BIM aux TPE et PME

Témoignage client // Autodesk Revit - Plug-ins métiers

PARTAGER CETTE HISTOIRE

Cette entreprise iséroise, fondée par un plâtrier, développe une base de données connectée à Autodesk Revit permettant aux TPE et PME, tout comme aux donneurs d’ordre, d’anticiper les difficultés tout en économisant du temps et de la matière première.

Au bureau, à la maison, dans un train ou un avion, les cloisons nous entourent sans que l’on fasse réellement attention à elles. Parce qu’elles sont lisses et régulières, l’art du plâtrier consiste à ce que leurs complexités demeurent invisibles aux yeux du visiteur ou de l’usager. La pose de cloisons relève pourtant d’un haut degré technique puisque de leur bonne mise en oeuvre dépend la garantie de propriétés coupe-feu, hydrofuges, ou encore acoustiques défendues par le fabricant. C’est donc précisément pour faciliter le travail des entreprises plaquistes que Karim Boureguig, fort de 25 années d’expérience dans la pose, a créé BIM Cloisons au début de l’année 2017.

Bien que toute jeune, l’entreprise installée près de Grenoble utilise, comme son nom l’indique, le BIM pour aider les poseurs à mieux évaluer leurs besoins en matériaux sur les chantiers. Expérimentée entre-autres sur la construction du nouvel hôpital d’Ajaccio, le plus important chantier public de Corse à l’heure actuelle, la méthode éprouvée par BIM Cloisons s’est développée en partenariat avec l’industriel Siniat, qui a remporté pour ce chantier le marché du cloisonnement. «L’ensemble du projet d’hôpital est conçu en BIM, réalisé sous Revit. Cependant, concernant les cloisons et contre-cloisons, nous avons pu apporter un niveau d’information supérieur. Nous avons donc enrichi la maquette numérique des éléments issus de notre base de données. C’est intéressant pour tous les métiers car l’interopérabilité entre Revit et notre ERP conçu en interne évite toute double saisie, ce qui fait gagner à tous un temps fou», détaille Karim Boureguig qui accompagne donc Siniat sur le chantier où certaines cloisons, notamment en salle de radiologie, présentent la particularité d’être plombées pour contenir la radioactivité émise par les dispositifs médicaux.

Hopital d’Ajaccio - Circulation en cours de montage

Génération automatique des ossatures suivant les règles programmées pour chaque type de mur

Ce sont notamment ces informations mais également celles comprenant le dimensionnement et le positionnement automatique des ossatures de cloisons qui sont prises en compte dans la maquette numérique. «L’usage de Revit, qui est d’une utilisation très souple, permet également au poseur d’anticiper les zones à problèmes que sont les passages de gaines ou la ventilation, et proposer automatiquement des solutions. Ce type d’outil redonne au métier de plaquiste la dimension plus technique qui lui revient», plaide le patron de BIM Cloisons. Dès lors, le plâtrier tient à sa disposition des tableaux d’approvisionnement ou encore des plannings par zone d’intervention... Des informations d’autant plus utiles qu’à partir de la maquette numérique, les intervenants sur le chantier peuvent ensuite interagir sur la partie plan et documentation de projets.

Pour parvenir à ce degré de finesse dans l’analyse et l’anticipation, Karim Boureguig constitue depuis de nombreuses années une base de données qui alimente aujourd’hui sa solution logicielle. «C’était bien avant que l’on parle de BIM, mais j’ai toujours pensé que cette bibliothèque pourrait avoir une utilité supérieure à un seul usage par mon entreprise», insiste-t-il. Riche à ce jour de plus de 8000 références de systèmes Siniat, contenant chacune une centaine de données techniques, et 3000 références de matériaux, cette base de données est mise à disposition des TPE et PME via Revit ce qui leur permet d’évaluer exactement leur besoin, en termes de contraintes chantier, de dimension, ou de critère technique, avant de passer commande auprès de leur négociant en matériaux. «L’économie sur le temps de pose est réelle, même si elle assez difficile à déterminer avec précision puisqu’elle dépend, et ce n’est pas le seul aspect, notamment du plâtrier lui-même», avance Karim Boureguig qui précise aussitôt qu’il connaît en revanche l’économie générée à l’achat. «Nous savons cette économie de 3% au bénéfice de l’entreprise. Les informations fournies le rendent à même de se montrer plus pointu dans sa commande, comme dans sa gestion de stock qu’il peut placer au plus près du lieu de pose grâce un système de code-barres généré par Siniat sur la base de la maquette numérique et de la commande.» Une économie qui bénéficie également à la gestion des déchets qui s’en trouve réduite... Autant dire que sur les 110 000m² de cloisons et contre-cloisons que comporte le chantier du nouvel hôpital d’Ajaccio, les professionnels ont vite fait leur compte pour adopter la solution proposée par BIM Cloisons.

De fait, le travail de l’entreprise Iséroise consiste notamment aujourd’hui à développer sa base de données qui ne cesse de s’enrichir à mesure que les industriels innovent et que les normes évoluent. Outre cette activité d’accompagnement des entreprises dans leur démarche BIM en installant des logiciels développés sur la base de Revit, la formation à leur usage, et l’assistance, l’entreprise de Karim Boureguig joue également le rôle de bureau d’études BIM. Elle propose ainsi, pour les plus petites structures qui n’ont pas de bureau d’études ou qui n’ont pas encore osé franchir le pas, de fabriquer leur maquette numérique de sorte qu’elles puissent répondre aux appels d’offre ayant cette exigence. Une manière de promouvoir la profession de plaquiste en lui conférant, vis-à-vis des autres prestataires, une valeur-ajoutée technique trop ignorée jusqu’ici. Parallèlement, la démarche permet de démocratiser de façon lente et souple la modélisation 3D auprès des TPE et PME. En un sens, de décloisonner le BIM.

La maquette cloisons d’un projet de logement à Clermont-Ferrant

Produit connexe