home login search menu close-circle arrow-dropdown-up arrow-dropdown arrow-down arrow-up close hide show info jump-link play tip external fullscreen share view arrow-cta arrow-button button-dropdown button-download facebook youtube twitter tumblr pinterest instagram googleplus linkedin email blog lock pencil alert download check comments image-carousel-arrow-right show-thick image-carousel-arrow-left user-profile file-upload-drag return cta-go-arrow-circle circle circle-o circle-o-thin square square-o square-o-thin triangle triangle-o triangle-o-thin square-rounded square-rounded-o square-rounded-o-thin cta-go-arrow alert-exclamation close-thick hide-thick education-students globe-international cloud sign-in sign-out target-audience class-materials filter description key-learning pdf-file ppt-file zip-file plus-thick three-circle-triangle transcript-outline

Keyboard ALT + g to toggle grid overlay

Autodesk : Pourquoi le groupe Legendre fait le pari du BIM ? Quels logiciels sont utilisés ?

Julien Benoit : Il y a trois ans, mon entreprise s’est engagée dans la voie du BIM avec l’objectif de se moderniser et de répondre à des appels d’offre privilégiant l’utilisation de la maquette. Nous utilisons Revit au quotidien, notamment pour les dossiers de consultations d’entreprise, mais aussi Navisworks. Des logiciels fiables et openBIM® qui nous ont rapidement permis de gagner en pertinence sur tous nos projets.

Autodesk : Comment l’interopérabilité des logiciels BIM a été testée dans votre entreprise ?

Julien Benoit : Nous avons rapidement eu besoin d’aborder le BIM sous sa forme collaborative. En effet, nous participons au grand projet de la ligne B du métro de Rennes. Avec une livraison prévue en 2019, cette mission est découpée en 3 marchés : le tunnel, les stations, pour lesquelles nous sommes chargés de la partie génie civil en gros œuvre, et le garage atelier, dont nous pilotons le BIM management. Pour cette dernière casquette, être à la manœuvre de la méthode d’exécution BIM est un vrai tremplin pour se former. Une dizaine de salariés du groupe Legendre est ainsi déjà intervenu à différentes étapes de la conception et de la construction.

Autodesk : Comment les entreprises travaillant avec vous sur cette partie du projet ont-elles accueillis le BIM interopérable ?

Julien Benoit : Toutes les entreprises n’avaient pas le même niveau de maîtrise des outils BIM. Certaines n’avaient jamais entendu parler du standard IFC par exemple. C’est le cas du fournisseur de pont roulant ou du charpentier avec qui nous avons traité. Avec un peu de pédagogie, il a tout de même été facile de les faire adhérer à ces méthodes de travail novatrices. Clairement, nous faisons l’économie de ressaisies et cela peut convaincre n’importe quelle société, même si un temps d’adaptation est à prévoir puisque le rythme des échanges n’est plus le même. Une fois le BIM lancé, il n’y a pas de raison de s’arrêter !