home login search menu close-circle arrow-dropdown-up arrow-dropdown arrow-down arrow-up close hide show info jump-link play tip external fullscreen share view arrow-cta arrow-button button-dropdown button-download facebook youtube twitter tumblr pinterest instagram googleplus linkedin email blog lock pencil alert download check comments image-carousel-arrow-right show-thick image-carousel-arrow-left user-profile file-upload-drag return cta-go-arrow-circle circle circle-o circle-o-thin square square-o square-o-thin triangle triangle-o triangle-o-thin square-rounded square-rounded-o square-rounded-o-thin cta-go-arrow alert-exclamation close-thick hide-thick education-students globe-international cloud sign-in sign-out target-audience class-materials filter description key-learning pdf-file ppt-file zip-file plus-thick three-circle-triangle transcript-outline

Keyboard ALT + g to toggle grid overlay

Autodesk : Comment le BIM s’est-il installé au sein de Bouygues Construction ?

Jérôme Loywick : Depuis 2010 et mes dernières années d’université, je m’intéresse de près à l’utilisation du BIM dans la construction. Lorsque j’ai intégré Bouygues Bâtiment Nord Est, nous en étions en cours de mise en place des outils, et notamment de Revit. Notre direction technique développe chaque jour davantage l’usage du BIM et de la maquette numérique sur nos projets. Par exemple, depuis 2011, 100 % de nos projets d’habitat neuf sont traités avec les logiciels BIM.

Autodesk : Avez-vous récemment expérimenté le BIM de manière interopérable ?

Jérôme Loywick : Nous avons travaillé en « full openBIM® » pour la construction de la plateforme logistique de Lidl à Bourg-Achard. Toujours en cours, ce projet ambitieux et résolument moderne de 42 000 m² doit permettre de fournir 80 magasins de la région Normandie et accueillir la direction régionale du groupe.

Autodesk : Comment s’est déroulé la mise en œuvre de ce projet jusqu’à présent ?

Jérôme Loywick : Une dizaine d’entreprises, de tailles variables, est intervenue. De la plomberie à l’étanchéité, en passant par la structure ou le gros œuvre, tous les métiers ont utilisé le BIM avec le standard IFC. En tant que coordinateur BIM, je récupérais les fichiers IFC sur la plateforme d’échanges prévue à cet effet et les regroupais dans Revit. La charte graphique, d’abord testée à petite échelle, a ensuite été généralisée à l’ensemble des bâtiments (entrepôt, bureaux…). Les bénéfices sont évidents : réduction du nombre de ressaisies, moins de réunions de coordination, communication plus facile autours du projet grâce à la maquette 3D… Même les petites structures qui ne voyaient pas jusque-là l’intérêt des outils BIM pour leur métier, et que nous avons accompagnées dans leur démarche d’apprentissage, ressortent séduites. Les bénéfices sont indéniables pour tous les acteurs et en particulier pour notre client.

Autodesk : Avez-vous constaté des blocages ? Comment les avez-vous résolus ?

Jérôme Loywick : Nous n’avons pas rencontré de difficulté majeure. Les délais, très serrés, sont respectés. En cas de difficultés, nous pouvons contacter le support technique d’Autodesk. En cadrant parfaitement les règles sur ce type de projet, l’interopérabilité devient une vraie force. La combinaison des données BIM et la qualité du management autour de la maquette numérique partagée crées assurément les conditions du succès.